Une part de tarte au citron meringuée.

Des frasques inutiles tout juste écrites des doigts d'un parisien d'adoption. Oui. Il y'a de quoi être effrayé

06 mai 2010

Every dollar counts and every morning hurts.

Ou comment devenir laisé d'aller dans les endroits les plus chics de Paris (c'estàdire, les discothèques).
Arrivé il y'a deux mois, c'était pour moi une sorte de, disons, renaissance. Des endroits énormes, des ambiances particulières et un sens du look unique. MAIS, voilà. Au bout d'un temps on s'en lasse. Du moins, je m'en suis lassé. En effet je suis plus du genre à boire une Pina Colada avec ma bande de potes que d'aller bouger mon popotin sur du Rihanna, devant tout le monde.
Et puis, entre l'autre chaudasse qui remue son cul comme on mixe un smoothie, l'autre qui à la langue hors de la bouche sur 2 km, et puis l'autre en train de dormir suite a une trop grande absorption d'alcool, je dois dire que je ne m'y retrouve pas du tout. Je n'arrive même plus à boire une goute de vodka (triste vie !)
Ceci dit, après, mon loisir préféré et de m'assoir, et regarder les gens autour de moi. Les regarder. Par regarder, j'entends critiquer. Puisque c'est un peu ça. Ces lieux là sont les hauts lieux de critiques en tout genre, oh yeah.
Et même parfois, l'on peut tomber sur quelques personnes sympathiques (mais vraiment quelquefois, faut pas abuser).
Comme hier soir. Je vous la refais : "Hey Salut, dis, ma copine te trouve super charmant, tu voudrais pas danser avec elle?-
-moi: " ben euh, c'est à dire que je suis homo, donc oui je peux danser mais qu'elle s'attende pas a quelque chose par la suite-'. Suivi d'un fou rire. Comme quoi, parfois, ce genre de situation peut bien faire rire.

Côté sentimentale, ma relation avec Mister K. suit son petit bout de chemin. Bon ok, deux semaines, on ne peut rien juger, cependant, je peux dire et même affirmer, que de ce côté là, la vie est belle. Chouette personne, chouette bras, chouette bisous, chouette ensemble qui fait que je ne peux lui rester indifférent.
Je suis content. De ce côté ci en tout cas.

Côté professionel, c'est toujours la méga grande débandade. A part me prendre pour une bonne poire, on ne me prêtte pas vraiment de considération malheureusement. Le pub irelandais qui m'appele le jour même, pour (ecoutez bien), une journée d'essai de midi à minuit, soit 10 h de travail, sans pauses, soit = illégale = donc pas déclaré. Donc qui me dit que j'aurais les sous malgrès tout et qui me dit surtout qu'on me rapellera après. Tous des requins.
Cependant, une chose est sûre, les études ne me manquent guère.
Caen, un peu, surtout pour ma vie étudiante, pour ce qui est du reste, mouais, on repasse. Paris est bien mieux et m'offre bien plus d'opportunités, que ce soit culturel, ou bien pouvoir d'achat qu'en basse Normandie.

Dans une semaine, j'ai 20 ans, je n'aime pas. J'aimerais garder pour toujours 19 ans, puisque ça fait grand et pas grand a la fois. Ce qui est plutot cool, puisque des conneries, tu peux en faire, sans pour autant te faire traîter d'immature.

niak

3615mavie, aurevoir.
Longue et bonne vie a vous mes petits lecteurs chéris (quoi que j'écris quand même dans le vide, en fait. Mais je m'en fous, j'écris pour moi.)

(en ce moment je suis en quiphe sur Run de Vampire Weekend      )

Posté par Nicoulu à 20:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Moi je te lis, mais dans le vide

    Posté par Mellow, 08 mai 2010 à 21:36

Poster un commentaire